Workshop Dystopies de la communication

En février 2017, les master attaquent leur quatrième et dernier workshop du cursus. Après la JE « Dystopies de la communication », le workshop du même nom est mené par Anaïs Triolaire, designer.

Les étudiant/e/s du M2 en plein travail (et Anaïs Triolaire en petit dans le coin !)

Le sujet suivant était proposé :

Aujourd’hui, l’appauvrissement des ressources planétaires, la multiplication des conflits mondiaux, la “radicalisation” des extrémismes religieux, le réchauffement climatique, la montée du populisme et des formations politiques d’extrême droite… laissent imaginer de sinistres futurs, alors même que nos réseaux de télécommunication, ceux-là qui nous renseignent sur ce sombre contexte, semblent appelés à devoir proliférer. Si les utopies du XXIe siècle travaillent à penser (entre autres) les énergies propres, l’investissement des communs, le retour à l’économie locale ou encore les changements de paradigmes alimentaires, peu de scénarios font la part des télécommunications - si ce n’est pour admettre que nous avons Internet, et que nous devons penser ses usages pour assurer notre devenir.

Nous vous proposons de sortir de ce cadre, et de vous faire dystopiste. Élection de Marine Le Pen en mai prochain, catastrophe nucléaire à grande échelle, épidémie foudroyante, tsunami débordant, nuage de poussière provoqué par la chute d’une météorite, apocalypse zombie… Autant de scénarios fous, atroces, plus ou moins probables. Dans toutes ces situations, et d’autres plus créatives que nous vous invitons à penser, la communication sera nécessaire. Mais quelle sera-t-elle ?

Tout au long des 4 jours, les étudiant/e/s ont proposé une série de scénarios fous, inédits, stimulants...

Eau Secours : un scénario de montée des eaux catastrophique en Europe.

L'amour dure 4 jours : que deviennent les « progénitures » dans ce contexte ?

Contexte pré-électoral oblige, c'est l'élection de Marine Le Pen et un mode de fichage très particulier qui est ici envisagé.

Mobilisation générale dans le cadre d'un scénario où le lierre prolifère, pour recouvrir tout le territoire urbain...